22 mai 2008

Le déclin du pétrole russe alimente la crise

 

Pour la première fois depuis dix ans, la production russe d'or noir est en baisse. Ce retournement avivela flambée du brut,qui a franchi hier la barre des 130 dollars.

 Après avoir battu un record de production de pétrole l'année dernière, la Russie semble entrée dans la phase des rendements décroissants de son industrie extractive. Pour le quatrième mois consécutif en avril, le deuxième producteur mondial d'or noir a affiché un déclin de sa production. Le recul cumulé depuis le début de l'année atteint 0,3 % par rapport à la même période de l'année dernière, selon le service fédéral des statistiques. Pendant les quatre premiers mois de 2007, la production d'or noir avait augmenté de 3,6 % par rapport aux quatre premiers mois de 2006. Et en 2003 la production avait bondi de 12 % !

L'effet de la diminution actuelle, conjuguée avec l'attentisme de l'Opep, entretient la flambée des cours mondiaux qui ont pratiquement doublé en un an pour atteindre hier le nouveau record historique de 132 dollars le baril.

De fait, la Russie ne peut plus contribuer à alimenter la croissance explosive de la consommation mondiale, comme elle le faisait pratiquement à égalité avec l'Opep. L'offre russe ne permet donc plus de couvrir l'augmentation de la consommation chinoise et indienne comme elle pouvait le faire depuis le début de la décennie.

Taxer moins les exportations

Pourtant, le plus grand pays du monde dispose d'environ 80 milliards de barils de réserves, selon BP, qui contrôle la première compagnie pétrolière étrangère en Russie (TNK BP). Il est donc potentiellement capable de maintenir sa production de 10 millions de barils par jour. Mais pour cela, il lui faudrait investir 1000 milliards de dollars sur vingt ans, selon Leonid Fedum, vice-président de la première compagnie privée russe Lukoil. Un investissement qui, au prix actuel du baril, pourrait être rentabilisé. À condition que le Kremlin cesse de confisquer plus de 80% des résultats nets des compagnies pétrolières sous forme de taxation des exportations.

Au début de ce mois, Vladimir Poutine, promu nouveau premier ministre, a annoncé plusieurs projets de loi allant dans ce sens. « L'heu­re est venue de prendre la décision de baisser les impôts dans ce secteur de l'économie afin de stimuler la hausse de l'extraction et du raffinage du pétrole », a-t-il affirmé.

http://www.lefigaro.fr/matieres-premieres/2008/05/22/04012-20080522ARTFIG00325-le-declin-du-petrole-russe-alimente-la-crise-.php

Posté par or_ noir à 22:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Le déclin du pétrole russe alimente la crise

Nouveau commentaire