28 avril 2008

La fermeture d’un pipeline en Ecosse propulse le pétrole à de nouveaux records

photo_1209291293012_2_0_1_

Les 1200 employés d’une raffinerie écossaise ont entamé hier une grève de deux jours qui a entraîné la fermeture d’un pipeline de BP fournissant 40% des approvisionnements britanniques. Elle fait craindre une pénurie de carburant dans les stations-service et porte le baril de brut à de nouveaux records. Le mouvement social a été provoqué par un conflit au sujet des retraites des employés du site d’Ineos à Grangemouth, à l’ouest d’Edimbourg. C’est la première fois en plus de soixante-dix ans qu’une raffinerie britannique doit cesser son activité en raison d’une grève.

L’arrêt de travail a déclanché la fermeture du pipeline de Forties, à Grangemouth, au débouché de la mer du Nord. Ce pipeline de la major britannique BP est en effet alimenté en énergie par la raffinerie d’Ineos, et ne peut fonctionner sans l’électricité ni la vapeur que celle-ci fournit. Il est alimenté par une cinquantaine de champs pétroliers et gaziers de la mer du Nord et transporte jusqu’à 700000 barils par jour pour approvisionner les marchés britannique et international.

Le travail à la raffinerie devrait reprendre demain matin, mais le site ne devrait pas retrouver ses pleines capacités avant deux ou trois semaines. L’arrêt du pipeline s’est traduit hier par une frénésie d’achats dans les stations-service écossaises. Certaines ont commencé à rationner le carburant, d’autres à en augmenter le prix, alors que d’autres encore était en rupture de stocks. Pour prévenir une pénurie généralisée, sept tankers transportant 65000 tonnes de carburant – essentiellement du gazole – sont partis de plusieurs ports européens, dont ceux de Rotterdam et Amsterdam.

Dix jours de réserve

L’Ecosse consomme quotidiennement environ 6000 tonnes de gazole, et ces réserves supplémentaires représentent donc dix jours d’approvisionnement. « Nous aurons des réserves en carburant amplement suffisantes pour que l’Ecosse traverse cette crise », a assuré le Premier ministre écossais, Alex Salmond. Oil and Gas UK, l’organe représentatif de l’industrie pétrolière et gazière britannique, estime que la fermeture du pipeline pourrait entraîner des pertes de 50 millions de livres (63 millions d’euros) par jours.

La fermeture du pipeline a des répercussions sur le marché du pétrole déjà très tendu. Après la confirmation de la grève vendredi, les cours du baril de brent de la mer du Nord, coté à Londres, ont atteint un nouveau record absolu de 117.51 dollars. Les cours ont également connu un vif sursaut à New York. Le baril de « light sweet crude » pour livraison en juin a grimpé de 2.46 dollars, à 118.52 dollars. Il se suite ainsi à quelques encablures de son record historique de 119.90 dollars, atteint mardi dernier.

Source : « Les Echos », Lundi 28 avril 2008

Posté par or_ noir à 16:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur La fermeture d’un pipeline en Ecosse propulse le pétrole à de nouveaux records

Nouveau commentaire