23 avril 2008

Toujours plus bas le dollar, toujours plus haut le pétrole

Où vont-ils s'arrêter? Le dollar a encore chuté hier, entraînant dans son sillage une nouvelle poussée des prix du pétrole. Le président américain Georges Bush s'en inquiète, mais les analystes ne voient pas pourquoi ce mouvement devrait s'arrêter.

Hier, mardi, de nouveaux chiffres ont été publiés aux Etats-Unis, indiquant une nouvelle fois la mauvaise santé de l'économie du pays. Cette fois, c'étaient des informations sur les reventes de logements anciens. Alors que les prix de l'immobilier ne cessent de baisser, celles-ci ont continué à diminuer, de 2%, pendant le mois de mars. Les investisseurs ont été sensibles à cette information, et le dollar a encore plongé. L'euro atteignait hier un sommet à plus de 1,60 dollar. Du jamais vu depuis le lancement de la monnaie unique, une augmentation de 95% depuis octobre 2000, où l'euro avait atteint son plus bas (à 0,82 dollar).

Et les observateurs ne pensent pas que cette tendance devrait s'arrêter. En effet, ils attendent impatiemment la réunion de la Réserve fédérale américaine qui doit se tenir le 29 avril prochain, et qui pourrait déboucher sur une nouvelle baisse des taux d'intérêts afin de relancer une économie moribonde. Mais de l'autre côté de l'Atlantique, les banquiers centraux de la zone euro restent préoccupés par l'inflation qu'ils souhaitent ramener sous la barre des 2% en 2009, alors qu'elle chiffrait à 3,5% au mois de mars. Ils n'ont donc pas vraiment l'intention de diminuer les taux d'intérêts. Au contraire même, d'aucuns prédisent déjà une hausse de ces taux, ce qui ne ferait qu'augmenter encore l'écart entre l'euro et le dollar...

Le dollar plonge? Le pétrole augmente...

Corollaire inévitable d'un dollar faible, les prix du pétrole atteignent aussitôt des sommets. Hier, le baril a frôlé les 120 dollars à New York, au point de faire réagir le président américain, Georges Bush, qui s'est dit "inquiet" de l'envolée des prix des carburants, et qui a demandé aux producteurs de pétrole d'augmenter leur production. En vain.

Là aussi, les analystes n'ont aucune raison d'être optimistes. "En début d'année, nous avions estimé que le prix du pétrole allait retomber en 2008 et avancions les 80 dollars comme prix moyen", expliquait un stratège du courtier Newedge Group. "Mais face à l'évolution de l'environnement des marchés pétroliers, nous sommes en train de revoir nettement à la hausse ce prix." Et de citer des chiffres également entendus par ailleurs, selon lesquels le baril se situera entre 120 et 150 dollars en automne. Pour un autre analyste, "les 120 dollars ne sont plus qu'une borne quelconque dans la marche inexorable du pétrole vers de nouveaux sommets".

http://www.trends.be/fr/economie/politique-economique/12-1635-45250/toujours-plus-bas-le-dollar--toujours-plus-haut-le-petrole.html

Posté par or_ noir à 12:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Toujours plus bas le dollar, toujours plus haut le pétrole

Nouveau commentaire